Le plan de médication partagé

Les patients complexes ainsi que ceux qui souffrent de maladies chroniques ont tous plusieurs médicaments à prendre quotidiennement. A Genève, comme en Suisse, il n’y pas un seul prescripteur (le médecin traitant) mais plusieurs; les médecins d’un service d’urgence, les spécialistes en pratique privée, les médecins de l’hôpital à la sortie d’un séjour hospitalier. Tous ces médicaments obtenus de sources différentes ne peuvent pas être facilement réconciliés en une liste unique, « la liste des médicaments actifs ».
Pourtant cette liste réconciliée est essentielle pour démasquer les éventuelles redondances, interactions ou incompatibilités. Pour ces raisons et pour la sécurité du patient, les professionnels et les institutions de soins du canton de Genève, accompagnés par PRISM, ont élaboré un nouvel outil : le ePMP.  Ces acteurs élaborent ensemble, et depuis quelque mois avec leurs contreparties du canton de Vaud, les spécifications fonctionnelles de l’outil informatique qui sera utilisé par les logiciels primaires (dossiers patients des médecins en ville et à l’hôpital, dossiers clients des infirmières et des pharmaciens) permettant l’échange et la synchronisation en instantané des médicaments prescrits et remis au patient en officine.
En complément au ePSP, le plan de médication partagé (ePMP) sera opérationnel fin 2018.
La collaboration avec le canton de Vaud sera un atout majeur pour la qualité du programme, la mise en commun des ressources et des expertises.

Last Updated on